La rééducation périnéale, comment ça se passe ?

Une femme sujette aux fuites urinaires ou qui vient d’avoir un bébé, sera amenée à suivre des séances de rééducation périnéale. Cette rééducation est très souvent prescrite après un accouchement, mais il est possible qu’au cours de sa vie, de nouvelles séances lui soient recommandées : le périnée soutient la vessie (entre autres), si ses muscles sont relâchés, des troubles urinaires peuvent donc survenir.

 

La rééducation périnéale, c’est quoi ?

La rééducation périnéale effectuée chez un kinésithérapeute ou une sage-femme a pour but de faire travailler une zone musculaire précise pour la renforcer : il s’agit de tonifier le périnée.

En fonction des antécédents gynécologiques, urologiques et en retraçant l’historique de l’incontinence urinaire, le kinésithérapeute va décider du nombre de séances utiles ainsi que le type de technique de rééducation qui va être utilisé.

Il suffit généralement de 10 à 15 séances pour voir apparaître des améliorations et obtenir de réels résultats.

Lors de la première consultation, le kinésithérapeute va d’abord vous examiner afin de savoir si vous savez faire fonctionner les muscles de votre périnée, situés dans le bas-ventre.

Accompagné de différentes questions, cet examen clinique va permettre au praticien de santé de réaliser un bilan périnéal et ainsi mettre en place votre programme de rééducation.

Cette première séance de rééducation va durer environ une heure. Les séances suivantes se dérouleront ensuite en 30 minutes en moyenne.

En complément de ces séances, il est essentiel d’assurer un suivi à domicile ! Le kinésithérapeute vous indiquera des exercices pour votre périnée à réaliser quotidiennement.


Les différentes techniques de rééducation périnéale

Il existe 3 principales techniques de rééducation :

  • La rééducation manuelle et visualisation Le praticien, par un toucher vaginal, peut évaluer la qualité de la contraction musculaire périnéale et les éventuels points douloureux ou cicatriciels consécutifs à un accouchement. Ce bilan très précis permet d’apprendre à réaliser une contraction du périnée sans solliciter les abdominaux ou les adducteurs et de mettre au point un programme de rééducation périnéale adapté à la patiente. Cette rééducation peut être également associée à des exercices basés uniquement sur la visualisation qui permettent  d’acquérir une perception fine de son périnée.
  • Le biofeedback musculaire Les appareils de rétrocontrôle instantané, appelés appareils de Biofeedback, mesurent avec précision la force des muscles du périnée grâce à des sondes vaginales munies d’électrodes de surface ou de capteurs de pression. Une information visuelle ou sonore permet d’indiquer quand contracter et quand relâcher la contraction du périnée. Ces appareils permettent également à la patiente de mieux repérer les muscles de son périnée dans la rééducation périnéale. Les sondes de biofeedback ne sont utilisées qu’en cabinet de praticiens.
  • L’électrostimulation a pour but de stimuler les nerfs des muscles du périnée par de très légers courants électriques inoffensifs pour renforcer le plancher pelvien. Ces courants sont appliqués par une électrode située sur la sonde vaginale et qui va permettre de stimuler les muscles de votre périnée. Le courant électrique peut être associé à une contraction volontaire qui va davantage renforcer la tonicité du périnée. L’électrostimulation périnéale peut-être pratiquée chez soi en auto-traitement, ou chez une sage-femme ou un kinésithérapeute.

 


Les résultats de la rééducation périnéale

Un à deux mois de rééducation plus tard, vous pourrez faire un bilan de la situation et des résultats avec votre praticien  :

  • Si les fuites urinaires ont disparues, votre périnée à retrouvé toute sa tonicité : mais nous vous recommandons de poursuivre l’entraînement chez vous pour que cela dure !
  • S’il y a quelques bons résultats mais que les muscles du périnée ont encore besoin d’être renforcés, vous devez persévérer et continuer l’entraînement avec votre praticien mais également chez vous.
  • Si vous n’observez aucune amélioration malgré vos entraînements, il vous sera alors conseillé de consulter votre gynécologue ou un urologue.

 

Dans l’ensemble, 7 femmes sur 10 obtiennent de bons résultats et voient leurs troubles urinaires diminuer suite à leurs séances de rééducation. Néanmoins, un problème principal persiste : au-delà de 4 ans, moins d’une patiente sur deux à la chance de préserver tous les bénéfices de sa rééducation périnéale. Pour éviter cela, une bonne prise en main de  votre sage-femme ou kinésithérapeute et surtout un travail d’entretien de votre périnée à domicile sont indispensables !

4 commentaires

  • ASSOMA KOUASSI YVES dit :

    JE SUIS KINE POST NATAL 15 ANS DESPERIENCES JE PRATIQUE LA RÉEDUCATION PERINALE CHEZ LES CLIENTES A DOMICILE AVEC UN BALLON TRES MOU

  • Sweetlilou dit :

    La stimulation électrique est une technique effectuée par la sonde endo-vaginale (utilisée dans le biofeedback), parfois en complément du biofeedback. On utilise des fréquences basses de 10 Hz en cas d’urgenturie et des fréquences plus élevées, de 50 Hz en cas d’incontinence urinaire d’effort, avec des durées d’impulsions brèves (2 à 5 secondes avec temps de repos doublé). La stimulation électrique est utilisée pour stimuler la contraction musculaire pelvienne et la prise de conscience du schéma corporel de la musculature pelvienne. Des chaises de stimulations électriques du plancher pelvien existent et sont plus facilement utilisées chez la patientes ne souhaitant pas d’exercices sollicitant directement leur intimité comme le travail manuel ou le biofeedback. En savoir plus sur:http://electrostimulation.confort-domicile.com/

    • Emy Get the Control dit :

      Bonjour, Merci beaucoup pour ces informations complémentaires sur la stimulation électrique. Nous ferons certainement un article ciblé sur ce type de rééducation prochainement. Si vous souhaitez y contribuer, n’hésitez pas à nous le faire savoir !

Laisser un commentaire