All Posts By

Admin Admin

Principe de la rééducation du périnée

Par | comprendre, Non classé | Aucun commentaire

De nombreux retour nous font état d’un flou, d’un mécanisme encore incompris, le principe de la rééducation du périnée.

En effet, dans l’incontinence urinaire d’effort, les muscles sphincters interne et externe de la vessie ne sont pas suffisamment forts ou réactifs pour contenir l’urine dans la vessie. Dans ce cas en quoi rééduquer mon périnée va résoudre mon problème ? Quel rapport entre mon périnée, ma vessie et l’urètre ?

Il faut savoir que la rééducation du périnée agit sur de nombreux facteurs, et elle va vous aider de plusieurs façons :

  • Déjà, avoir un périnée fort et réactif est mieux qu’un périnée faible et paresseux. Il aura une meilleure capacité de contraction et de réflexe lorsqu’il est sollicité. Lors d’un éternuement par exemple, le périnée est surpris et doit se contracter de manière intense et instantanément. Le moindre petit retard ou la moindre contraction insuffisante et vous perdez quelques gouttes.
  • Ensuite, il a été prouvé que le périnée intervient dans la posture et inversement. Travailler votre périnée va améliorer votre posture, ce qui sollicitera moins vos organes (notamment la vessie). Il s’agit d’un cercle vertueux et le yoga l’intègre depuis longtemps !
  • Le périnée a une fonction de soutien des organes, un périnée tonique va maintenir la vessie dans l’abdomen. La continence peut être résumée à un rapport de force entre la pression qui s’exerce sur la vessie pour la vider (pV, en bleu) et la pression qui s’exerce sur l’urètre pour le fermer (pU, n rouge).
    Si pV > pU, la vessie est plus forte que l’urètre et l’urine coule ; mais si pU > pV, l’urètre est le plus fort et l’urine est maintenue dans la vessie.

    Le périnée maintient la vessie suffisamment haut pour que ce jeu de pressions puisse s’équilibrer.
  • Enfin, certains muscles du périnée  (les faisceaux pubo-vaginal et pubo-rectal du releveur de l’anus) viennent « cravater » l’urètre de telle façon que leur contraction « étrangle » l’urètre, l’urine ne peut pas passer !

Après la lecture de cet article, le principe de la rééducation du périnée devrai être plus clair et compréhensible !

A vous de réagir maintenant ! Existe-t-il encore des questions ? Des zones d’ombre ?
N’hésitez pas à nous partager vos retours !

Travail hypopressif

Par | Non classé | Aucun commentaire

Travail hypopressif, définition :

Le travail hypopressif est une technique respiratoire et posturale pour faire travailler ses muscles abdominaux sans nuire au périnée. Ne pas avoir une bonne sangle abdominale peut avoir de sérieuses conséquences sur l’anatomie de la colonne lombaire (lombalgie, hernie discale, sciatalgie,…), sur le placement des organes (descente de vessie, ptose intestinale, descente de l’utérus,…) ainsi que sur les fonctions physiologique des organes de cette zone (incontinence urinaire plus ou moins importantes, problèmes fécaux,…).

Rappel anatomique :

Pour faciliter la compréhension, le ventre, aussi appelé caisson abdominal, doit être imaginé en 3 dimensions. Il est formé en haut par le diaphragme, en bas par le plancher pelvien, derrière par la colonne vertébrale et sur les côtés et devant par les muscles abdominaux (transverse, obliques et grands droits).

Lors de l’inspiration, le diaphragme s’abaisse, ce qui augmente la pression dans le caisson abdominal. Normalement, le muscles s’adaptent, se contractent un peu plus fort et supportent cette augmentation de pression.

Dans le cas d’un périnée affaibli (hypotonique, hypertonique, cicatriciel), il se contracte peu ou mal et ne s’adapte pas bien à cette nouvelle pression. A court terme, cela peut donner des bruits d’air, voire des pertes plus ou moins importantes d’urine. A long terme, le périnée n’accomplit pas correctement sa fonction de soutien, cela peut mener à une descente d’organe (vessie, utérus, rectum).

Travail hypopressif :

En pratique, vous pouvez essayer l’exercice suivant :

1 Allongez vous sur le dos, les genoux pliés et les pieds posés à plat sur le sol
2 Tirez la tête dans le prolongement du corps pour vous grandir et plaquez la zone lombaire au sol
3 Contractez votre périnée, rentrez le ventre et soufflez lentement par la bouche

Vous pouvez répéter cet exercice pendant plusieurs minutes, suivant votre état de forme.

Attention :

Ce travail hypopressif n’est pas totalement anodin ! Si vous souffrez d’hypertension artérielle, si vous êtes enceinte ou si vous avez eu une césarienne récemment, n’hésitez pas à consulter un Masseur-Kinésithérapeute qualifié pour éliminer tout risque !

Pour aller plus loin :

Vous pouvez lire les auteurs suivants:

  • Dr Marcel Caufriez
  • Dr Bernadette De Gasquet
  • Blandine Calais-Germain