Principe de la rééducation du périnée

Par | comprendre, Non classé | Aucun commentaire

De nombreux retour nous font état d’un flou, d’un mécanisme encore incompris, le principe de la rééducation du périnée.

En effet, dans l’incontinence urinaire d’effort, les muscles sphincters interne et externe de la vessie ne sont pas suffisamment forts ou réactifs pour contenir l’urine dans la vessie. Dans ce cas en quoi rééduquer mon périnée va résoudre mon problème ? Quel rapport entre mon périnée, ma vessie et l’urètre ?

Il faut savoir que la rééducation du périnée agit sur de nombreux facteurs, et elle va vous aider de plusieurs façons :

  • Déjà, avoir un périnée fort et réactif est mieux qu’un périnée faible et paresseux. Il aura une meilleure capacité de contraction et de réflexe lorsqu’il est sollicité. Lors d’un éternuement par exemple, le périnée est surpris et doit se contracter de manière intense et instantanément. Le moindre petit retard ou la moindre contraction insuffisante et vous perdez quelques gouttes.
  • Ensuite, il a été prouvé que le périnée intervient dans la posture et inversement. Travailler votre périnée va améliorer votre posture, ce qui sollicitera moins vos organes (notamment la vessie). Il s’agit d’un cercle vertueux et le yoga l’intègre depuis longtemps !
  • Le périnée a une fonction de soutien des organes, un périnée tonique va maintenir la vessie dans l’abdomen. La continence peut être résumée à un rapport de force entre la pression qui s’exerce sur la vessie pour la vider (pV, en bleu) et la pression qui s’exerce sur l’urètre pour le fermer (pU, n rouge).
    Si pV > pU, la vessie est plus forte que l’urètre et l’urine coule ; mais si pU > pV, l’urètre est le plus fort et l’urine est maintenue dans la vessie.

    Le périnée maintient la vessie suffisamment haut pour que ce jeu de pressions puisse s’équilibrer.
  • Enfin, certains muscles du périnée  (les faisceaux pubo-vaginal et pubo-rectal du releveur de l’anus) viennent « cravater » l’urètre de telle façon que leur contraction « étrangle » l’urètre, l’urine ne peut pas passer !

Après la lecture de cet article, le principe de la rééducation du périnée devrai être plus clair et compréhensible !

A vous de réagir maintenant ! Existe-t-il encore des questions ? Des zones d’ombre ?
N’hésitez pas à nous partager vos retours !

Travail hypopressif

Par | Non classé | Aucun commentaire

Travail hypopressif, définition :

Le travail hypopressif est une technique respiratoire et posturale pour faire travailler ses muscles abdominaux sans nuire au périnée. Ne pas avoir une bonne sangle abdominale peut avoir de sérieuses conséquences sur l’anatomie de la colonne lombaire (lombalgie, hernie discale, sciatalgie,…), sur le placement des organes (descente de vessie, ptose intestinale, descente de l’utérus,…) ainsi que sur les fonctions physiologique des organes de cette zone (incontinence urinaire plus ou moins importantes, problèmes fécaux,…).

Rappel anatomique :

Pour faciliter la compréhension, le ventre, aussi appelé caisson abdominal, doit être imaginé en 3 dimensions. Il est formé en haut par le diaphragme, en bas par le plancher pelvien, derrière par la colonne vertébrale et sur les côtés et devant par les muscles abdominaux (transverse, obliques et grands droits).

Lors de l’inspiration, le diaphragme s’abaisse, ce qui augmente la pression dans le caisson abdominal. Normalement, le muscles s’adaptent, se contractent un peu plus fort et supportent cette augmentation de pression.

Dans le cas d’un périnée affaibli (hypotonique, hypertonique, cicatriciel), il se contracte peu ou mal et ne s’adapte pas bien à cette nouvelle pression. A court terme, cela peut donner des bruits d’air, voire des pertes plus ou moins importantes d’urine. A long terme, le périnée n’accomplit pas correctement sa fonction de soutien, cela peut mener à une descente d’organe (vessie, utérus, rectum).

Travail hypopressif :

En pratique, vous pouvez essayer l’exercice suivant :

1 Allongez vous sur le dos, les genoux pliés et les pieds posés à plat sur le sol
2 Tirez la tête dans le prolongement du corps pour vous grandir et plaquez la zone lombaire au sol
3 Contractez votre périnée, rentrez le ventre et soufflez lentement par la bouche

Vous pouvez répéter cet exercice pendant plusieurs minutes, suivant votre état de forme.

Attention :

Ce travail hypopressif n’est pas totalement anodin ! Si vous souffrez d’hypertension artérielle, si vous êtes enceinte ou si vous avez eu une césarienne récemment, n’hésitez pas à consulter un Masseur-Kinésithérapeute qualifié pour éliminer tout risque !

Pour aller plus loin :

Vous pouvez lire les auteurs suivants:

  • Dr Marcel Caufriez
  • Dr Bernadette De Gasquet
  • Blandine Calais-Germain

Pourquoi le trampoline est-il néfaste pour votre périnée?

Par | Anatomie | Aucun commentaire

Vous avez certainement déjà entendu que le trampoline est mauvais pour le périnée, qu’il faut éviter les sports  à impact vertical ou que la course à pied peut favoriser l’incontinence urinaire?

En fait, il faut savoir que les organes du périnée sont maintenus en place par 2 systèmes différents et complémentaires :

  • ils reposent sur le plancher pelvien, qui les soutient et doit donc rester suffisamment tonique pour les maintenir en place,
  • ils sont suspendus grâce à des ligaments (le ligament large, aussi appelé ligament suspenseur de l’utérus par exemple), et plus globalement grâce à tous les fascias du petit bassin.

Le plancher pelvien est percé par 3 orifices (urètre, vagin, anus) qui constituent des zones de faiblesse. Il est facile de se représenter que si le plancher pelvien est affaibli, il existe un risque de béance vulvaire et donc de prolapsus (qui est la descente anormale d’un ou de plusieurs organes situés dans la cavité pelvienne).

De même les ligaments suspenseurs sont étirés par de mauvaises postures, une grossesse compliquée ou par les années qui provoquent une diminution de la qualité du collagène. Les organes sont moins bien maintenus en place et il est possible de ressentir une pesanteur dans le bas-ventre. Imaginez la sollicitation et l’étirement que subissent toutes ces structures les des sports à impact vertical (trampoline, course à pied … ) !

Dans cette logique, vous comprenez pourquoi le trampoline est mauvais pour la santé de votre périnée !

En bonus, une vidéo de ce qu’on peut voir dans certaines salles de sport. Essayez d’imaginer l’utérus de ces femmes pendant les exercices…

 

Comment savoir si votre périnée se contracte de manière efficace ?

Par | Anatomie | Aucun commentaire

Le centre tendineux du périnée

 

Le centre tendineux du périnée (aussi appelé noyau fibreux central du périnée) est une zone fibro-tendineuse très solide située sous la peau entre le vagin et le canal anal. Plusieurs muscles et fascias y convergent et s’y insèrent :

  • faisceau pubo-périnéal du muscle releveur de l’anus
  • muscle transverse profond
  • muscle transverse superficiel
  • muscle bulbo-caverneux
  • muscle sphincter anal externe

 

Ces nombreuses insertions stabilisent le centre tendineux du périnée dans l’espace et en font un très bon indicateur des tensions du périnée. Pour schématiser, si un périnée est hypotonique à droite et normotonique à gauche, le centre tendineux a tendance à être dévié vers le côté où il est attiré, c’est-à-dire vers la gauche. Le côté droit hypotonique (donc plus faible) ne peut pas le retenir au centre.
Dans le cas d’un hémipérinée hypertonique, le centre tendineux est attiré du côté hypertonique.

 

De la même façon, le centre tendineux du périnée participe au maintien des organes du petit bassin et est soutenu par les muscles cités plus haut. Dans le cas d’un périnée efficace et qui se contracte de manière efficace, ce centre tendineux est tiré vers le haut, notamment par le releveur de l’anus.

Et c’est là que c’est très intéressant pour nous ! Une bonne élévation du centre tendineux est le signe d’une bonne contraction du périnée, une contraction efficace ! C’est un signe qui est très souvent utilisé par les Masseur-Kinésithérapeutes et les Sage-Femmes lors de la rééducation du périnée. Sans que ça ne suffise à poser un diagnostic, c’est un très bon indicateur et un bon indice pour savoir ce qui ne va pas !

Voici comment faire le test chez vous, vous pouvez même rester habillée :
Placez vous debout ou allongée sur le dos, posez un ou deux doigts sur la peau entre le vagin et l’anus et essayez de sentir qu’il s’agit effectivement d’une zone plus dense,  plus solide que les tissus autour. Vous êtes au bon endroit ! Ensuite, contractez votre périnée en essayant de soulever cette zone et de vérifier que cette partie est effectivement attirée vers le haut.
Si vous sentez cette zone se soulève, tout va bien ! Sinon, refaites le test un peu plus tard ou dans une autre position, essayez de mieux placer vos doigts.

Si vous avez un doute, n’hésitez pas à évoquer le sujet lors de votre prochain rendez-vous chez un professionnel de santé spécialisé.

A vous de faire le test maintenant !

10 signes qui montrent que vous devez peut-être rééduquer votre périnée !

Par | Rééducation périnéale | Aucun commentaire

Le périnée est un organe (ou plutôt un ensemble d’organes) qui reste encore largement méconnu, tant par son anatomie que par ses fonctions. Faites le test, demandez autour de vous qui sait où il est et à quoi il sert. Vous serez surpris(e) des réponses !

C’est pourquoi nous vous proposons aujourd’hui 10 signes qui montrent que vous devez peut-être rééduquer votre périnée.

 

1 – Vous venez d’accoucher.

Oui, lors de la grossesse et de l’accouchement, le périnée subit de fortes contraintes pendant un temps très court, ce qui peut le blesser.
Si la question de la rééducation périnéale n’a pas été abordée, n’hésitez pas à en parler lors de votre prochain rendez-vous chez votre gynécologue, kinésithérapeute ou sage-femme !

2 – Vous perdez un peu d’urine à l’effort.

L’effort peut être un effort sportif (courir après votre bus, soulever quelque chose de lourd) ou un effort modéré (tousser, éternuer) et le fait de ne pas pouvoir retenir son urine peut-être un signe de faiblesse du périnée.

3 – Vous allez souvent au toilettes, et souvent il faut y aller tout de suite !

Cela s’appelle l’urgenturie, et la rééducation peut vous aider.

4 – Vous avez l’impression que la vessie n’est pas bien vidée en sortant des toilettes.

Que ce soit une sensation ou une réalité, ce problème peut être soigné.

5 – Vous avez des douleurs lors des relations sexuelles.

Ceci nécessite avant tout un bilan sérieux, qui proposera éventuellement une rééducation via des techniques de relâchement du périnée.

6 – Vous avez du mal à retenir des gaz, de l’urine.

La gêne sociale est évidente et les exercices viseront un meilleur tonus et un meilleur contrôle de votre périnée.

7 – Vous perdez vos tampons pendant les règles.

Il peut s’agir d’une béance vaginale et vous devrez rééduquer les muscles bulbo-spongieux (entre autres).

8 – Vous avez une sensation de pesanteur dans le bas-ventre.

Les causes peuvent être multiples, mais un relâchement des tissus de soutien doit être évoqué.

9 – Vous avez subi une épisiotomie lors de votre accouchement.

Pour éviter des séquelles sur le périnée, le gynécologue peut décider de pratiquer une épisiotomie. Il s’agit de couper une partie du périnée pour contenir la blessure, mais cela lèse certains muscles. La rééducation vise d’abord l’antalgie puis la guérison de ces muscles.

10 – Vous avez pris ou perdu beaucoup de poids récemment.

La répartition du poids et la modification hormonale ont une incidence directe sur l’efficacité périnée.

 

Si vous vous retrouvez dans un ou plusieurs de ces signes, il est peut-être temps de consulter un professionnel de santé spécialisé (Gynécologue, Kinésithérapeute, Sage-Femme) pour aborder la question. Il saura vous conseiller au mieux quant à la pertinence de la rééducation, la méthode et le bon interlocuteur !

Grossesse et sport, que faire ?

Par | Rééducation périnéale | Aucun commentaire

Peut-on faire du sport pendant la grossesse ? Est-ce que ça ne sera pas néfaste pour le bébé ?
Quel sport peut-on pratiquer sans risque? La course à pied autant que la natation?

Un nouvel article a été publié la semaine dernière sur le site www.kinesitherapie24.com et fait le point sur toutes ces questions. Ils ont analysés 9 essais cliniques, 2059 femmes au total

Il ressort que :

  • l’activité physique n’augmente pas le risque d’accouchement prématuré
  • elle serait même bénéfique pour en diminuant le risque de césarienne
  • le diabète gestationnel et l’hypertension artérielle sont diminués
  • les douleurs liées à la grossesse (thoracique, lombaire, pelvienne) sont moins fréquentes
  • l’anxiété et la dépression sont plus rares

En revanche, il est évident que l’activité physique doit être adaptée. Les sports de contact, collectifs ou de combat (boxe, football, judo…)

Les sports avec risque de chute (équitation, ski…) sont à discuter en fonction du niveau d’expérience de la femme. Si elle maîtrise bien le ski, ça ne sera pas un problème pour elle ; en revanche si elle débute, gérer sa propre sécurité risque de lui poser problème.

En conclusion, l’activité physique est bénéfique pour la santé de la maman et de son bébé à condition qu’elle soit adaptée !

Source : http://www.kinesitherapie24.com/grossesse-la-poursuite-dune-activite-sportive-pendant-la-grossesse/

Savez-vous ce qu’est le “knacking” ?

Par | Rééducation périnéale | Aucun commentaire

La toux entraîne une contraction réflexe des muscles pelvi-périnéaux (levator ani, sphincter anal et urétral) et une augmentation de la pression urétrale (contraction des abdominaux et du muscle de la vessie). Cette augmentation de la pression urétrale précède l’augmentation de pression abdominale de 250 millisecondes, ce qui est très rapide mais qui suffit à verrouiller l’urètre avant que l’urine ne soit expulsée vers dehors.

Il semble donc exister une « pré-contraction » réflexe des muscles pelvi-périnéaux qui débute avant même l’initiation de la toux. Une étude a observé que les femmes ayant une incontinence urinaire d’effort (IUE) semblaient avoir une latence accrue de la contraction pelvi-périnéale (enregistrements électromyographiques au niveau du sphincter anal externe) par rapport à l’initiation de la toux (enregistrement électromyographique des muscles intercostaux externes).

L’hypothèse est donc qu’un retard d’activation des muscles périnéaux pourrait participer à la physiopathologie de l’IUE (étude de Madill et al.).

En résumé, knacking = pré-contraction périnéale volontaire, ce que le corps va (ré-)apprendre et (ré-)intégrer pour retrouver une continence d’effort !

Pensez-y lorsque vous faites un effort, rééduquez votre périnée et vivez !

Quand les professionnels de santé mettent des mots sur la rééducation périnéale

Par | Rééducation périnéale | Aucun commentaire

Vous vous posez de nombreuses questions concernant le périnée en général et la rééducation ? Il est parfois compliqué de trouver des réponses à ses interrogations et il est important de se méfier des sources mais surtout de se tourner vers un spécialiste pour obtenir des informations sûres. C’est pourquoi nous avons listé pour vous quelques ouvrages intéressants et qui pourraient bien vous aider.

Lire la suite

Le yoga, allié bien être contre le stress et… L’incontinence !

Par | Fuites urinaires | Aucun commentaire

Rappelez-vous, nous vous avions parlé, il y a quelques temps, dans l’un de nos articles, de la gym contre l’incontinence. Aujourd’hui, nous souhaitons vous présenter une autre activité qui permettra de lutter contre vos petits tracas : le yoga ! Connu pour ses vertus déstressantes, le yoga est aussi un bon moyen de lutter contre les fuites urinaires. Lire la suite

Se rééduquer en s’amusant : est-ce possible ?

Par | Rééducation périnéale | Aucun commentaire

Loin des contraintes liées à la rééducation classique, Emy Get The Control opte pour une rééducation ludique et efficace grâce à des jeux construits avec des professionnels de santé. Pour ne pas négliger l’expérience de jeu, la team Emy s’est rapproché de Ludus Académie situé à Strasbourg (École de développement de jeux vidéo et de serious game). L’expérience a pris forme grâce des étudiants talentueux et surmotivés : Elsa Becker, Manon Hassnaoui, Rebecca Gamper, Arthur Landreau, Nicolas Simon, Raphël Halter et Simon Dezeque. Lire la suite